Le Paludier de Guérande

Les salines

et le sel de Guérande

Sur les marais salants de Guérande, la récolte est, aujourd’hui encore, réalisée de manière artisanale dans le respect de la tradition ancestrale, transmise de génération en génération.

  1. Les marais salants sont le lieu de production du sel de Guérande. Grâce à une succession de bassins favorisant l’évaporation de l’eau, le sel contenu dans l’eau de mer se concentre jusqu’à cristalliser et permettre sa récolte.

  2. L’eau de mer est apportée par des étiers jusqu’aux marais salants. Ces longs chenaux de longueur variables, se remplissent en fonction des marées et des coefficients.

  3. Le savoir-faire du paludier lui permet de maîtriser le moment idéal pour remplir un bassin appelé « vasière » grâce à un système de trappe. Ce premier bassin d’évaporation sert de réserve pour faire face aux variations du niveau de la mer entre deux marées. Il a également un deuxième rôle de décantation. En effet, l’eau issue de la mer y dépose toutes les impuretés et la vase en suspension qu’elle contient.

  4. Une fois cette première décantation faite, l’eau de vasière va parcourir différents bassins par un système de dénivellation : le cobier, les fards puis les adernes.

Concentrations moyennes de sel dans les différents bassins d’une saline :
Bassin Concentration de sel en gr/l d’eau
Vasière 50g/l
Cobier 80g/l
Fares 60 à 100g/l
Adernes 250g/l
Œillets 300g/l

Les adernes servent de réserve journalière permettant aux paludiers d’alimenter les derniers bassins appelés les œillets, où s’effectue la récolte du sel et de la fleur de sel.

Photo de présentation cadre de photo

Photo de présentation cadre de photo

De petite taille, les œillets comportent sur l’un de leur côté une plate-forme appelée ladure d’environ 2m de diamètre où le paludier regroupe le sel récolté quotidiennement. Le sel est ensuite stocké sur des trémets autour des salines le temps de la saison (de juin à septembre).

La récolte de sel varie en fonction des conditions météorologiques. En fonction des années, elle peut ainsi atteindre : 50 à 70 kg / jour / œillet pour le gros sel et 3 à 5 kg / jour / œillet pour la fleur de sel.